top of page
  • Writer's pictureBR

Jerome on Zepheniah, Nahum and Joel

Monseigneur Roger Gryson adds a new volume to the re-edition of Jerome's Commentarii in Prophetas minores (CPL 589), started four years ago by Sincero Mancelli (Commentarius in Abacuc) and continued a year ago by Monseigneur Gryson himself (Commentarii in Aggaeum, Abdiam, Malachiam).

This new edition, volume 76-76A bis 3 in the Corpus Christianorum. Series Latina, marks a significant step for our knowledge of and the research into Jerome's commentaries on Zepheniah, Nahum and Joel in particular and in Jerome's Commentarii in Prophetas minores in general.

[Continue reading below the cover]



Après Aggée, Abdias et Malachie, nous donnons ici la première édition critique des commentaires de Jérôme sur Sophonie, Naum et Joël. Ceux de Sophonie et Naum ont été publiés parmi les premiers en 393, comme celui d'Aggée. Le commentaire sur Joël appartient, comme celui de Malachie, à la troizième et dernière vague des commentaires sur les Douze, qui date de 406. Il n'a pas été possible d'inclure ici, comme dans le précédent volume, un représentant de la deuxième vague, car elle ne comporte, en plus du commentaire d'Abdias, que celui de Jonas, déjà édité critiquement dans la collection des Sources chrétiennes.

Il est clair que les commentaires de Sophonie et d'Aggée, qui sont contemporains et qui se suivent immédiatement dans la Vulgate, ont dû être associés très tôt, s'ils n'ont pas été transmis ensemble dès le départ. La tradition du commentaire de Naum se rapproche davantage de celles d'Abdias et de Malachie, avec laquelle elle a beaucoup de témoins en commun. Celle de Joël est très différente des autres; elle se ramène, en fin de compte, au classique stemma bifide auquel on aboutit souvent en critique textuelle.

On voit ici déjà progressivement s'assembler le puzzle de la transmission séparée ou par petits ensembles des douze commentaires, avant qu'ils ne soient réunis dans des pandectes à partir de l'époque carolingienne. Et on voit aussi se profiler partout à l'arrière-plan la grande ombre d'Origène, dont les vingt-cinq livres de commentaires sur les Douze prophètes sont, hélas, irrémédiablement perdus.


Monseigneur RogerGryson, professeur émérite à l'Université catholique de Louvain, est connu notamment par ses travaux sur l'histoire des institutions ecclésiastiques dans l'antiquité, l'arianisme latin et la critique textuelle de la Bible latine.

64 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page