top of page
  • Writer's pictureBR

Descriptive v. prescriptive?

In volume 15 of Corpus Christianorum. Lingua Patrum series, Lionel Dumarty brings together eight contributions under the title Langue idéale, langue réelle. Description et normalistion des langues classiques du IIIe s. av. J.-C. au XIIe s. de notre ère. These contributions focus on different aspects of the question of the relationship between language as it is and as it should be among Greek and Latin theorists of language, between the 3rd c. BC and the 12th c. AD.

[Continue reading below the cover]



Les contributions rassemblées dans ce volume abordent divers aspects de la question du rapport entre la langue telle qu’elle est et telle qu’elle doit être chez les théoriciens du langage grecs et latins, entre le IIIe s. av. J.-C. et le début du second Moyen Âge

Depuis la naissance de la grammaire, les premiers théoriciens de la langue se sont heurtés à un paradoxe : est-il possible de réduire la somme indéfinie des faits de langue à un ensemble fini de règles ? Ce paradoxe appelle d’autres prolongements : les travaux des grammairiens témoignent-ils tous, et tous de la même manière, du rapport, parfois contradictoire, entre la langue qu’ils observent, avec ses variantes, ses particularismes, et celle qu’ils donnent à voir comme un système ordonné et fondé en raison ? Et s’il y a pour eux tension entre les deux démarches, comment se comportent-ils face à la difficulté ? Cherchent-ils à résoudre la contradiction ou à la contourner ? Y parviennent-ils et, dans ce cas, quelles stratégies déploient-ils pour y parvenir ?

Les huit contributions de ce volume couvrent une large période, courant sur plus d’un millénaire, depuis les scholiastes d’Homère, pères de la grammaire alexandrine (IIIe s. av. J.-C.), jusqu’au commentateurs médiévaux de Priscien (XIIe s. ap. J.-C.). Le problème du rapport entre norme et usage y est abordé dans divers domaines et sous de nombreux aspects : la question de l’orthographe et de la syntaxe et le statut de la correction de la langue (la pureté linguistique : Hellenismos, Latinitas) et de la faute (barbarisme et solécisme) ; le problème de la règle (analogia), de ses extensions, de ses limites ; le rôle fondamental de l’étymologie et, derrière le rapport entre la forme et le sens, la question de la pathologie linguistique.


Table des matières

Présentation (Lionel Dumarty)


Wessen Dual ist korrekt? Hellenistische Philologen über Sprachrichtigkeit und deren Kriterien am Beispiel des homerischen Dualgebrauchs (Stephanos Matthaios)


Contre-exemples et antinomies dans la grammaire alexandrine (Lionel Dumarty)


La langue courante entre faute et figure chez Apollonius Dyscole (Manuela Callipo)


Quand même l’exception obéit à une règle : le concept de sunémptōsis dans la tradition grammaticale grecque ancienne et plus spécialement chez Apollonius Dyscole (Frédéric Lambert)


À la recherche d’emprunts linguistiques chez les grammairiens grecs anciens (Stella Merlin)


L’orthographe : de la théorie à la réalité (Jean Schneider)


Migration, Variation, and Correctness: Barbarismus and soloecismus in Latin Grammars from Late Antiquity and the Early Middle Ages (Tim Denecker)


Magistri et regula. La notion de « règle » dans les commentaires sur Priscien du premier XIIe siècle (Anne Grondeux)


Références

Indices

56 views0 comments

Recent Posts

See All

Commentaires


bottom of page